Qu’est-ce que l’écoute active ?


Pour qu’un message puisse passer, il faut avoir d’un côté un émetteur qui sache bien exposer ses idées. De l’autre, un récepteur ayant une grande capacité d’écoute. Cet article fait le point sur ce qu’est l’écoute active.

Les points essentiels de l’écoute active

Moins de la moitié, voire près de 80 % des messages exprimés sont incompris par l’interlocuteur. Cet échec de la communication est souvent attribué à un défaut d’écoute entre les interlocuteurs. D’où la mise en place de la notion de l’écoute active.
Il s’agit d’une perception établie suite aux travaux de l’américain Carl Rogers. Il n’existe pas de définition précise. Cependant, l’écoute active peut se traduire par la capacité d’une personne à entendre avec attention son interlocuteur. L’objectif est de comprendre à la fois les mots, la façon de parler, les gestes et le regard de l’émetteur.
L’écoute active pour saisir un message donné sollicite d’abord le respect de l’interlocuteur. Il faut l’écouter sans le juger et ensuite faire intervenir le cœur et non la raison lors des échanges. L’objectif est d’écouter son interlocuteur en exprimant de l’empathie et en essayant de comprendre ce qu’il ressent. L’écoute active fait enfin intervenir la neutralité dans les échanges. Il faut instaurer un climat de confiance pour que son interlocuteur puisse bien exposer ses propos.
L’écoute active peut être utilisée par tous types de profils. On cite entre autres les formateurs, les commerciaux, les leaders, les salariés, les responsables des ressources humaines ou le corps médical. Les parents peuvent aussi utiliser cette pratique pour comprendre et éduquer leurs enfants. Il en est de même pour les amis afin de prodiguer les meilleurs conseils à un problème.
L’écoute active s’avère aussi utile pour gérer un conflit ou pour dissiper les incompréhensions. En cas de malaise ou d’interlocuteur timide, cette pratique est aussi efficace. Néanmoins, l’écoute active est difficile à appliquer dans une discussion qui nécessite une décision rapide. De même, elle ne peut pas aboutir avec un interlocuteur borné ou face à une situation bloquée.
En bref, l’objectif de cette pratique est d’écouter pour entendre et comprendre. Un exercice difficile à faire sans les bonnes méthodes, d’autant plus que la pratique a ses limites.

Procédés pour une écoute active réussie

Pour réussir à mettre en place une écoute active efficace, il convient de :

  • Montrer sa disponibilité envers son interlocuteur :
    Cette attitude consiste à prouver à son interlocuteur qu’il détient toute l’attention pendant l’échange. Il convient ainsi de ne pas penser à autre chose pendant l’entretien. De même, il est préférable de ne rien faire. Il faut par exemple éliminer l’usage d’ordinateur ou de téléphone pendant la discussion. En outre, il est recommandé d’interagir dans un endroit calme et sans distraction. Le but étant de renforcer la concentration des deux parties concernées.
  • Éviter les interruptions :
    Pour appliquer l’écoute active, il faut également être patient. Il convient de ne pas interrompre les propos de son interlocuteur au risque de le déstabiliser. Il importe de lui donner le temps d’exposer ses idées selon son rythme. Cette attitude permet de démontrer à l’autre qu’il est respecté et écouté.
  • Savoir détecter les différents langages :
    Lors d’un échange, il faut faire la distinction entre le langage verbal (ce qui est dit), le para-verbal (la façon dont c’est dit) et non verbal (l’attitude corporelle). Pour être efficace, l’écoute doit tenir compte de ces paramètres. Ainsi, outre la parole, il est aussi essentiel de comprendre les gestes et le comportement de l’interlocuteur. Par téléphone, il convient de s’attacher au mot et à la façon dont ils sont exprimés. À noter également que le silence est aussi à considérer lors d’une discussion. Il est essentiel de savoir la gérer.
  • Comprendre les propos de l’interlocuteur :
    L’écoute active se traduit aussi par la compréhension totale des propos de l’interlocuteur pour pouvoir agir. Il convient ainsi de se mettre à la place de l’autre et d’éprouver ce qu’il ressent. Pour ce faire, il est important de savoir analyser. Il ne faut pas ainsi hésiter à poser des questions et précisions. À cette étape cependant, il convient de faire attention à ne pas d’ores et déjà proposer des solutions. Enfin, pour valider la compréhension des pensées de l’interlocuteur, il est conseillé de bien reformuler ses propos. Cette étape ne traduit pas un accord avec ce qui a été dit.

Avantages de l’écoute active dans une entreprise

Au sein d’une entreprise, l’écoute active entre les équipes offre de nombreux avantages. Il permet d’instaurer un climat de confiance et favorise le développement de l’organisation. L’écoute bienveillante est une arme efficace pour lutter contre la résistance au changement.
Cependant, la réussite de l’instauration de cette pratique dans une société doit être précédée de quelques préalables. Ainsi, il convient d’informer les salariés de l’objectif de l’entreprise en ce sens à travers des réunions. Il est également primordial d’impliquer les employés dans le processus et de détecter les obstacles à la réussite du processus.
Pour accompagner l’entreprise vers l’adoption de l’écoute active, il est recommandé de faire appel à un professionnel. Cependant, pour un résultat efficace, il convient de bien choisir son coach. Ce dernier doit d’emblée posséder des qualifications dispensées par des diplômes ou certificats. De même, il est important de choisir un professionnel expérimenté. Il doit être en mesure de proposer ses idées et méthodes. Être en mesure de proposer un calendrier précis des séances de coaching est aussi un prérequis. Il importe que le coach soit disponible, compréhensif et surtout à l’écoute des besoins réels de l’entreprise. La formation peut être faite individuellement ou en équipe.
Pour trouver un coach spécialisé dans l’écoute active, il faut contacter les plateformes de mise en relation. Ce type de sites donne la possibilité de conclure un contrat de coaching sans se déplacer. De même, il permet un gain de temps et optimise la fonction des ressources humaines. Outre la plateforme de mise en relation, divers autres moyens peuvent être considérés pour trouver le coach en écoute active. On cite entre autres le contact direct avec l’accompagnateur, via Internet ou par les bouches à oreilles.
Le choix du coach professionnel doit aussi se faire en fonction du budget. Ce dernier doit, quant à lui, tenir compte de la durée de la formation et du profil de l’accompagnateur à choisir.